Aumont-Aubrac

Grosse fatigue !
Début de journée encore froid et neigeux puis soleil. Moins de km qu’hier (21) mais plus de dénivelé (+ 500, – 600).

image

Je marche depuis le début de journée avec Alain (un des deux lillois, ils s’appellent tous les deux Alain, c’est peu pratique). Arrêt au bar le Gevaudan à Saint-Alban-sur-Limagnole vers 11h. Une patronne à la vocation de diététicienne nous prépare des sandwichs à emporter, nous donne une recette de soupe carottes-gingembre-oranges et me sert une soupe aux fanes de radis. Entre alors une femme sans dents : s’ensuit un échange entre elle et la patronne dont il ressort qu’elles ont le même âge alors que l’une paraît la mère de l’autre. Puis la nouvelle venue raconte avec l’œil malicieux quelques histoires salaces à peine compréhensibles à cause de l’accent sous le regard blasé du patron (“elles sont encore en train de faire leur cinéma” lisait-on dans ses pensées). Épilogue : au moment de manger nos sandwichs nous nous sommes aperçu qu’ils ne contenaient pas ce que nous avions demandé mais ce que la patronne avait conseillé.
En fin de journée, pas mal aux jambes mais grosse fatigue. Du coup j’ai des doutes sur mes capacités à faire l’étape de demain (27 km). En même temps il ne vaudrait mieux pas la raccourcir car de la prochaine étape dépend l’équilibre des trois journées suivantes. Le patron du gîte nous assure que demain sera plus facile qu’aujourd’hui. Du coup je reprends courage. Je suis maintenant dans l’Aubrac et après avoir fait une cure de lentilles (du Puy) nous commençons la cure d’aligot. Le premier était excellent. Sur les conseils de Jean-Louis j’ajoute une vidéo d’ambiance

Fait marquant de la journée Sylvain dont je parlais il y a quelques jours à “pété les plombs”. Il m’a agressé méchamment ainsi qu’une autre personne. Il a ensuite changé de chambre puis de gîte. Ce serait un peu trop long de rapporter les détails de cette histoire et encore plus long d’énumérer toutes les hypothèses hasardées (hasardeuses?) pour expliquer son comportement. Selon notre hôte d’avant hier les comportements agressifs ne sont pas rares sur le chemin car rendus plus fréquents par les états limites de fatigue.

Bon, demain sera sans doute meilleur.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s