Aroué

Départ de chez l’alchimiste vers 8h avec Pierre, Cathy, Pia et Marie avec projet de s’arrêter dans une auberge où il y a de bonnes omelettes. Ce sera à Lycos au bout de 16 km, puis nous finirons tranquillement les 5 derniers km. J’adhère au projet, je me laisse guider. Arrivés à Lycos, après quatre heures d’omelette fantasmée, nous voyons que l’auberge est fermée. Pas d’autres commerces. Des habitants nous indiquent une autre auberge à 1 km, par la route, hors chemin. Nous arrivons : fermée. Après une dure négociation, l’aubergiste nous vends deux boîtes de sardines et du pain. Le moral remonte. Après manger nous reprenons la route, sous le soleil. Arrivée au gîte je m’installe puis la gardienne s’aperçoit que j’ai réservé ailleurs. Je reprends la route, un orage se déclenche, j’arrive à destination un peu assommée. L’étape n’était pas dure mais mon mental a eu du mal avec ces contretemps accumulés. Je ne suis tout de même pas au bord du burnout comme cet anglais de Lausanne qui a brutalement quitté son travail et fait le chemin dans l’espoir de se réinventer une nouvelle vie. Mes hôtes de ce soir, un couple d’adorables octogénaires. A l’heure où j’écris, il vente et il grêle. J’ai préparé un casse-croûte pour demain : je compte bien marcher seule, le chemin tel que je le vois me manque.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s