Roncevaux

Ça y est, je suis en Espagne et le plus difficile des Pyrénées est passé. Bonheur toute la journée. Satisfaction de voir que l’étape ne m’a demandé aucun effort particulier. Juste quelques douleurs dans la plante des pieds à la fin de la descente. Le temps était plus dégagé qu’hier, par conséquent je ne regrette pas mon arrêt à Hounto même si après coup je ne l’ai pas trouvé justifié sur le plan physique. Plaisir des yeux sans interruption. Mes photos de paysages sont loupées, ce sera donc encore la vidéo panoramique qui sera la plus fidèle.

Pour le petit reportage photo on a :
– La frontière espagnole
– Un poteau de balisage
– La pèlerine en train de s’abriter du vent derrière un petit refuge de secours
– Un accès wifi alimenté par une mini éolienne en haut du col de Lepoeder 1430 m
– Un kilométrage à Roncevaux qui pour une fois à l’air cohérent

On remarquera que la sécurité est assurée. J’ai eu trois témoignages de personnes qui ont souffert lors de cette étape : avec le froid, le vent et le brouillard cela peut se transformer en cauchemar. Un de ces témoignages vient d’un couple qui s’est perdu à cause du brouillard. Ils ont dû appeler les secours, les pompiers sont venus, les ont fait descendre par des chemins de traverse. En bas le Samu les a réchauffés (ils étaient en hypothermie) puis ont voulu les amener passer la nuit à l’hôpital : ils ont préféré l’hôtel et ont donc signé une décharge.

Ce soir je dors dans la collégiale de Roncevaux qui accueille le pèlerin comme on fabrique à la chaîne. Tout est neuf, luxueux, moderne et organisé : cuisine suréquipée, distributeurs de plats tout préparés, boissons et gâteaux, laverie avec toute une batterie de lave-linge et de sèche-linge, salle d’étendage, cyber room, wifi bien sûr mais le réseau n’est pas assez performant pour une mise en ligne. Il y a 200 lits par boxes de 4 et pas de couvertures. Jean-Claude m’a dit que je n’avais pas besoin de sac de couchage ; on verra si cela est vrai un 1er juin plutôt frais à 950 m d’altitude. J’ai pris le menu pèlerin au resto avec des canadiens anglophones.

Je me rends compte en voyant les nouveaux arrivés que j’ai acquis une bonne dose de flegme et de résistance. Je suis contente quoi qu’il arrive : ça monte, ça descend, c’est long, c’est court, on attend, la truite sent la marée basse, il n’y a pas de dessert, le resto est bruyant, il y a une musique épouvantable, je ne connais plus personne … c’est égal, je marche et je n’ai plus besoin que de moi-même pour assurer mon contentement.

Advertisements

4 thoughts on “Roncevaux

  1. Bonjour Martine. Je viens de dévorer ton reportage à Roncevaux. Les photos sont très belles. Le chemin qui, partant de la pâture s’élève vers la montagne semble accueillant. Quant à ta mine réjouie qui me rappelle quelqu’un que je vénérais en dit long sur le bonheur que tu éprouves à cet instant. Magnifique ! Et les moutons ? Ils ont fait le chemin avec vous ? Gros bisous ma petite cousine. Je suis de tout coeur avec toi.

    Like

    1. Les moutons se déplacent deux fois par jour du pré à la ferme et de la ferme au pré sans intervention humaine et sans se tromper d’heure. Étonnant non ? Et ils ne se laissent pas distraire par les pèlerins. Bises à toi.

      Like

  2. Bonjour Martine,
    Waouuuuuuuuhhhh ! Mais quelle beauté !!! L’Espagne t’a accueillie magifiquement !!!
    Et effectivement on te sent heureuse, et en paix je dirais… Alors est-ce vrai que sur ce Chemin il se passe des choses, qu’ au fur à mesure des pas que l’on pose il s’opère des changements intérieurs ??? ;-)) A te voir, je le crois bien :-)) On te sent, comment dirais-je, légère et détachée !
    J’avais rencontré un pèlerin qui m’expliquait qu’au bout d’un certain temps on oubliait que l’on marchait. As-tu atteind ce stade ? :-))
    En tout cas c’est du bonheur à te lire, tes commentaires teintés d’humour sont un régal !
    Avec des bises,
    Anne-Marie

    Like

    1. Je ne sais pas si ce sont de vrais changements. C’est difficile à définir. Je dirais plutôt que j’expérimente d’autres états mentaux, que je peux d’ici observer le monde et les gens d’un autre point de vue. Effectivement je me sens moins marcher mais j’ai de petites douleurs osseuses dans les pieds qui m’empêchent d’oublier complètement que je marche.

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s