La drague sur le chemin

Pour faire voir après le post précédent que je n’ai pas perdu le goût de m’amuser, puisqu’on me pose souvent la question (off line bien sûr) et que Sylvie trouve ce blog trop nickel, je vais développer le sujet. Le post a été commencé il y a quelques jours ce qui peut expliquer quelques décalages. Est-ce vrai qu’il y a beaucoup de drague sur le chemin ? Sur le chemin les codes sont différents et on entre en contact comme on veut avec qui on veut ce qui forcément facilite les choses. Je vois des couples qui se font et qui se défont. Je donnerai l’exemple de René. J’ai rencontré René pour la première fois à Ostabat c’est à dire peu avant d’entrer en Espagne. Il a au plus 25 ans, beau gosse, tête d’ange. Nous avons fait connaissance pour une histoire de chambre et de lit que nous voulions échanger, je n’ai pas accepté la transaction mais nous sommes restés en bons termes. Il est allemand et parle bien français. Depuis Ostabat je le revois régulièrement ce qui est assez étrange au premier abord car il est constitué pour marcher plus vite que moi. Mais on s’étonnera moins quand on saura qu’à chaque fois il est avec une fille différente même si par moments je le vois tous les jours. On ne peut pas marcher 9h par jour et compter fleurette en même temps. Chaque fois que nous nous voyons nous discutons quelques minutes, c’est important pour la suite. Hier après l’avoir perdu de vue quelques jours, je le retrouve accompagné de la fille aux dreadlocks. La fille aux dreadlocks est une dragueuse qui s’assume et cela fait assez longtemps que je l’observe opérer. Elle s’est d’ailleurs bruyamment (brillamment me propose le correcteur orthographique :)) faite sauter il y a une dizaine de jours dans mon dortoir. Ce matin je m’arrête au premier bar pour prendre mon petit déjeuner et je vois René avec une très sale tête et les larmes aux yeux. Je vais le voir et lui demande ce qui se passe. Il me dit qu’il a de gros ennuis chez lui à Munich. Il a des problèmes avec l’université et sa copine l’a quitté. Dans la journée il m’a dépassée : il se défoulait en marchant à grandes enjambées, il était seul. Voilà, il n’y a pas assez de pièces au puzzle pour reconstituer l’histoire. Peut-être y aura-t-il une suite au feuilleton ? Il y a aussi cet anglais Saint Cyrien (est-ce possible ?), grande classe, beaux yeux clairs (plus de 25 ans) et qui détonnait dans l’albergue à 5 euros dans laquelle je l’ai rencontré hier. Pour le coup c’est moi qui me suis faite draguée, il n’y a pas d’autre mot car j’ai vraiment eu l’impression d’avoir affaire à un séducteur compulsif. Au moment où j’écris ce post un coréen joue de la flûte dans le jardin et petit à petit un cercle de femmes s’est formé autour de lui : nous en sommes à 5. Donc oui de la drague il y en a. En revanche ce que je ne sais pas c’est comment coexistent cette drague et les motivations spirituelles ou de travail sur soi qu’on est censé trouvé ici. Comme rien n’est simple il est probable que les populations concernées ne soient pas complètement distinctes. C’est juste la comédie humaine.

Advertisements

2 thoughts on “La drague sur le chemin

  1. Foin des grandes idées ;cette fois, on est dans la vie. Cela reste encore très sage! On attend la suite, mais il va falloir bientôt rentrer dans les clous pour profiter des grâces de l’encensoir!
    Bisous

    Like

  2. Peut être la drague fait pour certains partie de la recherche sur leur raison d’être . En chemin c’est un peu risqué car propice aux déceptions . C’est bientot la quille pour toi Martine☺️😅

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s