Inversion du Dedans et du Dehors

Habituellement « quand on va dehors c’est … pour passer d’un dedans à un autre : de la maison au bureau, de chez soi aux magasins … Dehors, c’est une transition … mais ça n’a pas de valeur propre. Le trajet de chez soi au métro, on le fait par tous les temps, avec un corps pressé, l’esprit retenu encore par les détails privés et projeté déjà vers les obligations du travail, les jambes au galop, pendant que la main vérifie … qu’on a rien oublié… Le plus souvent, dehors se tient entre deux intérieurs : un relais, une transition. C’est de l’espace qui prends du temps. Dans les marches s’étalant sur plusieurs jours … tout s’inverse. Dehors n’est plus une transition mais l’élément de la stabilité. Cela s’inverse : on va de gîte en gîte, de refuge en refuge. Et c’est le dedans toujours qui se transforme. On ne dort pas deux fois dans le même lit, d’autres hôtes font l’accueil chaque soir. Surprise renouvelée des décors, des ambiances. On s’arrête. Le corps est fatigué, la nuit tombe … Mais ces dedans sont des jalons … des transitions. Il faut dire aussi l’étrange impression que font les premiers pas, ceux du matin. On a consulté la carte, décidé du chemin, pris congé, équilibré le sac, repéré le sentier … Tout ce qui suppose un léger piétinement, des retours en arrière, des ponctuations : on s’arrête, on vérifie, on tourne sur place. Et puis le sentier s’ouvre … On relève la tête, et nous voilà partis pour marcher, pour rester dehors. Dehors c’est notre élément : la sensation exacte d’y habiter … et peut éclore alors cette impression étrange du matin, quand on a laissé derrière soi les murs du repos, qu’on se retrouve les joues au vent, tout au milieu du monde : c’est bien ici chez moi tout le jour, c’est là que je vais demeurer en marchant. »

Ce nouveau petit extrait de « Marcher, une philosophie » de Frédéric Gros reflète à merveille cette impression d’être chez soi que j’ai ressentie sur le chemin. J’y ajouterai cependant quelques remarques.

La première concerne le dedans. Si les gites sont des jalons, ils sont souvent beaucoup plus (surtout en France mais aussi quelquefois en Espagne). On y rencontre des hôtes généreux et/ou au parcours atypique. Principalement des anciens pèlerins qui ont décidé de faire leur vie sur le chemin :

  • couples qui se sont rencontrés sur le chemin
  • ancien directeur commercial souhaitant vivre en accord avec sa foi
  • ancienne naturopathe
  • informaticien chez un constructeur automobile travaillant à distance sur un projet de … télétravail
  • anciens de la com (j’en ai rencontré plusieurs)
  • soixantehuitards réfugiés du Larzac
  • éleveur victime des normes européennes
  • électrons libres n’ayant d’autre objectif que de vivre leur foi, d’accueillir, de donner leur temps
  • couple à la vision personnelle de son rôle et faisant souffrir le pèlerin (mais pour son bien 🙂 )
  • ancien éducateur ayant fait un burnout
  • retraités avides de rencontres (jusqu’à plus de 80 ans pour deux d’entre-eux)

Ca c’est pour les gîtes privés, mais il y a aussi les couvents, les monastères qui parfois en plus des pèlerins accueillent les rejetés de la société : vieillards sans revenus, alcooliques, fous doux …

Tout ce petit monde réparti sur un pays long de 1600 km et large de 500 m forme une micro société avec ses codes, ses histoires, ses légendes. Tout un mélange de générosité, de désintéressement et même si on rencontre parfois dogmatisme ou postures rigides il restera la plupart du temps le souvenir d’un bon moment riche en expériences humaines et passé à la recharge si nécessaire de ses batteries. Sans eux le chemin ne serait pas le même.

La deuxième remarque concerne le dehors. Ce dehors, ma nouvelle demeure, quoique très apprécié était parfois trop : trop spacieux, trop lumineux, trop beau, trop froid, trop chaud, trop mouillé, trop peuplé, trop retiré, trop fatigant …  Alors, si j’en avais l’occasion,  je me réfugiais dedans (l’intérieur d’un bar mais le plus souvent d’une église ou d’une chapelle où je venais chercher selon le cas repos, beauté, fraicheur, chaleur, silence, ombre, recueillement, bruit, chaleur humaine, wifi …) usant du contraste pour me régénérer. Autant de jalons intermédiaires, négatifs de mon nouveau domicile mais qui m’étaient nécessaires (plus qu’à d’autres ai-je constaté).

Finalement, pour paraphraser Frédéric Gros, dedans sur le chemin de Compostelle c’est parfois juste une transition mais ça peut aussi avoir une valeur propre.

Advertisements

4 thoughts on “Inversion du Dedans et du Dehors

  1. Martine
    Comment vas-tu ?
    Es-tu sur le point de reprendre ton baton de pélerin(e) ou pas ?
    Vas-tu encore parfois au BIOMONDE de Gometz. Mon fils ne m’a pas dit s’il t’avais vu récemment.
    A bientôt

    Like

    1. Bonjour Michel, Tu tombes à pic, je viens juste de décider de ne pas repartir. Trop de projets et d’activités ici. Aider ma fille à s’installer à Londres, expos, peinture, peut-être retourner à l’école … Je vais moins souvent au biomonde et je me suis étonnée de ne pas le voir. Nos horaires ne correspondent plus … A bientôt.

      Like

      1. Merci Martine pour ces nouvelles.
        Je vois que la vie de retraitée n’est pas un long fleuve tranquille.
        Je me prépare donc puisque c’est à mon tour de partir en retraite le 31 mars prochain.

        A bientot

        Michel

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s